10 signes qui prouvent que vous venez de Paris

Vous habitez ici, c'est marqué sur votre boîte aux lettres. Mais malgré votre fierté à vivre en banlieue, vous gardez un « je ne sais quoi de parisien ».

Vous avez une Tour Eiffel chez vous (au moins une petite)

Jamais vous n’auriez pensé investir dans un tel cadeau pour nostalgique de Paris. Maintenant que vous êtes installé à Triffouillis-sur-Marne, vous êtes attiré par la dame de fer au point d’acheter (ou de sortir du placard) de la déco à son effigie. Version tasse de thé, construction Lego, cabas ou photo en noir et blanc dans le salon : la tour Eiffel vous appartient toujours.

Vous attendez tout le temps le train

Grand habitué du métro, vous vous refusez (dans un premier temps) à consulter les horaires des trains. Attendre sur le quai fait partie de votre quotidien ! Et même si vous finissez par télécharger l’appli SNCF ou RATP, vous arrivez systématiquement au moment où les portes se referment. Regard atterré des locaux devant votre tentative de les ouvrir. Pas d’inquiétude, la ponctualité va bien vite devenir un réflexe de survie.

Vous parlez beaucoup de vos origines

Personne n’est parisien, c’est bien connu. Surtout pas ceux qui n’y habitent plus. Du coup, depuis que vous vivez extra-muros, vous revendiquez vos origines, les vraies, celles de votre enfance, de vos parents, de votre nom. En revanche, que personne n’ose vous apprendre quelque chose de nouveau sur « votre ancien arrondissement » !

Vous voyez Paris partout

Le niveau de la Seine lors de la crue de 1910 sur une façade. Le bordeaux sombre d’une porte cochère. Un bistrot aux petites tables rondes sur carreaux de ciment vintage. « On se croirait à Paris ! » est devenue une de vos phrases préférées. Moins fort, on va vous entendre…

Vous gardez vos habitudes dans votre ancien quartier

Le médecin, le coiffeur, le libraire, la salle de sport : vous n’avez pas encore eu le temps de trouver aussi bien dans votre commune. Et puis ça donne une occasion de faire un peu de shopping en chemin…

Vous réservez une table pour le samedi au restau

Le patron se marre mais prend votre appel avec gentillesse. « Une table pour deux , 20h30, oui bien sûr, à quel nom ? » Et le jour en question dans la salle un quart pleine, vous comprenez son amusement. Un Parisien averti en vaut deux.

Vous allez à la boulangerie à pieds

Même si c’est à 25 minutes. Même s’il pleut. Au mois la première semaine. Regard atterré des locaux devant vos cheveux mouillés. Après vous achèterez des baguettes surgelées. Comme tout le monde.

Vous cherchez une nounou avant d’attendre un enfant

En fait, le plus simple serait d’attendre les 7 mois de grossesse et de déposer un dossier pour une place en crèche. Idem pour la chambre à la maternité, attendez le test de grossesse positif pour chercher. Point d’affolement les enfants.

Vous faites vos courses chez l’épicier

C’est le seul qui est ouvert en face de chez vous lorsque vous rentrez du boulot. Et puis vous n’avez pas tout compris au fonctionnement du Drive (le truc-là qu’il faut scanner avec le smartphone !).

Vous n’avez pas votre permis

Un vélo, un pass navigo, une appli pour trouver un taxi, oui. Mais une voiture à quoi ça servirait franchement ? Après quelques mois de dure réalité (courbatures, RER toutes les 17 minutes, budget taxi) vous appelez une auto-école. « Vous faîtes des formations adultes en accéléré ? »

Avez-vous repéré d’autres signes dans votre entourage  ?

K.A-B

Un commentaire ?

Billets associés